Café... thé...

A l'état naturel, le café et le thé sont amers. Or tout ce qui est amer contient du poison. Nos papilles gustatives ont été équipées pour détecter les poisons afin de nous prévenir de ne pas en manger. Mais tous les aliments contiennent des poisons, me dira un lecteur averti. Oui, mais les quantités sont si minimes, que cela n'a pas grande importance. La laitue contient du laudanum, mais en traces si insignifiantes qu'elles ne peuvent pas affecter la santé. Par contre, une seule goutte de ce poison suffit pour tuer ! Et pour tirer une seule goutte de laudanum, il faut des tonnes de laitues !

Ce n'est pas parce qu'un produit est naturel, qu'il faut en prendre aveuglément. Le café et le thé contiennent des poisons qui attaquent les nerfs, les reins, l'estomac, les intestins, le sang, etc. La caféine et la théobromine sont des poisons violents. En outre, le café contient une bonne quinzaine d'autres poisons. Tous ces poisons sont des stimulants. Le corps cherche à les éliminer et dépense ainsi de l'énergie qui est déviée de l'élimination naturelle de l'organisme, ce qui arrête donc cette élimination. Ils provoquent de ce fait une euphorie artificielle.

De plus, pris tous les jours, le café comme le thé (sauf le thé vert japonnais) contribue à la déminéralisation de votre corps.

Le corps se met ainsi en branle pour expulser les poisons : c'est cela la stimulation. Elle semble donner des forces, mais en vérité, elle les épuise. Les nerfs finissent par s'ébranler, ce qui donne des insomnies, une fatigue nerveuse, l'énervement, l'instabilité des nerfs face aux contrariétés, la vulnérabilité de tout le système nerveux qui commande moins bien toutes les autres fonctions organiques.

Quand on donne un coup de fouet à un cheval fatigué, il ne faut pas penser que ce coup de fouet lui donne des forces. En effet, l'énergie n'est évidente que dans sa dépense, jamais dans son accumulation.

D'autre part, le café qui contient tant de poisons finit par épuiser les reins chargés de les éliminer. Or, quand les reins dégénèrent, aucune régénérescence n'est possible. Les cas de néphrite sont très graves et finissent par tuer le malade.

Quand on prend des aliments artificiels, on stoppe l'élimination nocturne qui aurait due se poursuivre une partie de la matinée, et l'esprit reste vaseux. Mais au fil du temps, les poisons s'accumulent dangereusement. Enfin, quand on se nourrit d'aliments naturels, on se réveille l'esprit clair et l'on n'a plus besoin de café.

Pour arrêter le café, on peut consommer un succédané à base de céréales torréfiées, sans café.

Voici une dizaine de poisons que contient le café

  • Acide chlorogénique, qui libère à la torréfaction la caféine, voisin de la théine, la théophylline des asthmatiques, l'acide urique... Le professeur MARCHESSEAU donne l'équivalence suivante : 1 verre de café = 1 verre d'urine.

  • Acide cafétanique, sclérosant les muqueuses, inhibiteur de la digestion.

  • Acide caféique, convulsif, mutagène, cancérigène...

  • Acide quinique, alcaloïde de la nicotine (d'où la relation intime café/tabac).

  • Caféone, hallucinogène, excitant du cerveau et des nerfs.

  • Hydrocarbures, hautement cancérigènes.

  • Phénols, hépato-toxiques, mutagènes, cancérigènes...

  • Furfurol, épileptogène, irritant des muqueuses.

  • Pyrogallol, toxique des chromosomes, du sang, des reins.

  • Méthylxanthines, toxiques de toutes les glandes, des muqueuses..... et tant d'autres effets entraînant des tremblements, crampes, insomnie, baisse de l'immunité, constipation, palpitations..., également des dommages cellulaires du fœtus.....

  • L'ochratoxine A, est un poison naturel fortement toxique pour les reins et pouvant être cancérogène, qui est produit par une moisissure que l'on trouve parfois sur les fèves de café brutes ou "vertes", et qui n'est pas complètement éliminé lors de la torréfaction.

Le café "décaféiné" n'est pas mieux. Il supprime peut-être la caféine et quelques autres poisons (pas tous), mais il est obtenu par action de solvants chimiques (trichloréthylène, chlorure de méthyle, essence 60/80, tétrachlorure de carbone...). Après distillation, il reste de 0,25 à 1 g de solvant par kilo de produit.

Conclusion

Tous comme l'alcool et le tabac, la prise de café est bien souvent lié à un problème d'ordre psychologique, ou encore pour un besoin de performance, de rester éveillé malgré son horloge biologique qui crie de dormir, ou bien d'autres éléments d'ordres psychiques qui se retrouvent dans la prise de toutes drogues.

Le premier facteur à rechercher, c'est : pourquoi je bois du café ? Car au delà du plaisir gustatif, l'effet psychotrope bien réel de cette substance induit un besoin lié à un problème, et c'est cela qu'il convient à mon humble avis de traiter en premier. Voir l'un de mes sites ici qui pourra peut-être apporter quelques pistes.

Globalement, toutes prises de drogues dénotent un problème "intérieur" à traiter. C'est pour cela que l'on pourrait faire la démonstration édifiante du danger de prendre un produit toxique, que cela ne ferait pas ou peu d'effet sur une personne qui n'a pas réglé son problème, et qui, d'une certaine façon, inconsciemment ou consciemment, accepte son sort auto-destructif.

Les sociétés actuelles, dites modernes, offrent à mon avis bien peu de possibilités d'épanouissement. Il est possible de s'en sortir en se dirigeant vers une spiritualité saine, peu importe le chemin, afin de retrouver une estime et une confiance en Soi, et ainsi avoir le goût de dépasser ses habitudes dangereuses pour son corps et son esprit. La Vie est sacrée, et il ne tient qu'à chacun qu'elle devienne belle et productive pour son propre bien-être, et celui de tous !

Articles récents
Archives